Travailler dans le milieu de l’élevage !

Bac Pro CGEA

Composé des classes de 1ère et Terminale, le Bac Pro CGEA en alternance s’appuie sur 41 semaines de stage et 39 semaines de présence à la MFR.

 

 

 

 

FORMATION

org_formation_bac_pro
Conditions d’admission :
  • Après une Seconde Production ou une Seconde Générale et Technologique selon dossier
  • Après un CAP agricole selon résultats
Objectifs :
  • Se confronter aux méthodes de travail de plusieurs exploitations agricoles
  • Gagner en autonomie et en maturité
  • Se professionnaliser
  • Obtenir le Brevet d’Étude Professionnelle Agricole (BEPA) en classe de 1ère
  • Obtenir le Bac Pro CGEA en classe de Terminale (Diplôme ouvrant droit aux aides à l’installation agricole)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lucile LACHAUD élève en Bac Pro CGEA présente une bête de son maître de stage lors du concours de la MFR
Stages :
  • Toutes productions selon le choix du jeune (3 stages en 1ère, 1 stage en Terminale)
Débouchés :
  • La vie active :
    • Salariat agricole
    • Installation en tant que chef d’exploitation
  • Poursuite d’étude :
    • BTS Agricole (Productions animales, ACSE, Technico-commerciale…)
    • Certificat de Spécialisation (Agroéquipement, Volailles, transformation fromagère…)
p1050475
Concours de vaches laitières organisé par les élèves de BAC PRO CGEA

Lucile LACHAUD élève en Bac Pro CGEA présente une bête de son maître de stage lors du concours de la MFR

Nos atouts :
  • Intégrer une dimension éducative à la formation
  • Une équipe à l’écoute et présente chaque jour
  • Une connexion avec les réalités socio-professionnelles actuelles
  • Un cadre de vie familial et rassurant
  • Développer le réseau professionnel du jeune

Pourquoi choisir la MFR de Gelles ?

Télécharger la plaquette de la formation

 

 PORTRAIT

Il a été élève…

willyQuatre questions à Willy NIAUX :

Elève à la Maison Familiale de Gelles pendant 4 ans, Willy est arrivé en 2010 en classe de 3ème. Originaire de la commune de Durmignat dans le nord ouest du département, Willy est, comme beaucoup, un jeune passionné avec une idée en tête, évoluer sur le terrain avec des exploitants. Cinq années après sa troisième, que fait-il ? Quel parcours a-t-il suivi ? Qu’en retient-il ? Quels sont ses projets ? Rencontre.

Que s’est-il passé à partir de ton arrivée à Gelles ?

Mon année de 3ème a été très importante, je n’avais plus envie d’aller à l’école en continu, je voulais vraiment faire des stages chez des agriculteurs. Mes résultats n’étaient pas mauvais, mais je n’étais plus du tout motivé par le système classique. Quand je suis arrivé en 3ème, j’ai pu faire trois stages dans différentes exploitations avec des productions différentes et j’ai pu confirmer mes goûts et choisir mon orientation professionnelle et scolaire en même temps. L’alternance en 3ème sert vraiment à choisir une voie en connaissance de cause et pas sur une idée ou un rêve.

Qu’as-tu décidé après ta troisième ?

J’ai choisi de continuer dans l’agriculture et dans l’élevage et j’ai donc décidé de faire un Bac Pro CGEA. C’est un diplôme qui est proposé par beaucoup d’établissements dans le département mais j’ai voulu continuer dans un système d’alternance pour bénéficier de 50% de formation en stage. Je suis donc resté à la MFR de Gelles pour préparer mon Bac en 3 ans. C’est vraiment ce qui est intéressant en MFR. On apprend à l’école mais aussi en stage et c’est un avantage quand on va devoir quitter l’école pour travailler. Les formateurs nous connaissent et s’intéressent à nous, ils connaissent nos familles et viennent nous voir en stage.

Depuis l’obtention de ton Bac l’an dernier, que fais-tu ?

J’ai eu mon bac à 17 ans, c’est un peu jeune pour décider de s’installer et si on décide de se lancer dans la vie active, les portes peuvent se fermer avec un niveau bac et rien après. J’ai donc décidé de continuer mes études. Je suis actuellement en BTS ACSE (Analyse et Conduite des Systèmes d’Exploitation) dans la Loire.

 Des projets ? 

Je suis en BTS en contrat de professionnalisation. Je suis salarié et j’ai donc un patron qui n’est autre qu’un ancien maître de stage qui m’a embauché après avoir été satisfait de moi quand j’étais stagiaire durant mon baccalauréat.  Je ne crois pas que cela aurait été possible si j’avais été dans un lycée classique en ne faisant que 8 semaines de stages en trois ans. Là rien qu’en Bac pro j’ai pu faire près de 60 semaines de stage. C’est plus facile ensuite de trouver du travail parce qu’on connait du monde et les agriculteurs aussi nous connaissent. Maintenant, je vais surement être salarié sur l’exploitation après mon BTS avant de peut être m’associer avec mon ancien maître de stage.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer